L'ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES DU LAC SEPT-ÎLES INC.

L’OPÉRATION BELLES RIVES


LA RENATURALISATION DES RIVES

Depuis plusieurs années, l’APLSI a mis de l’avant plusieurs actions concernant le renaturalisation des rives. Ces activités vont de conférences et des réunions de sensibilisation sur le sujet à de la distribution à prix réduit de plants indigènes en passant par le nettoyage des frayères et des tributaires. Plusieurs articles de numéros successifs de notre revue annuelle L’Alouette en ont aussi traité.

Suite à l’adoption du plan d’action « Mon lac Sept-Îles…. j’en prends soin » et suivant en cela une des recommandations majeures du bilan de santé établi par la CAPSA en 2008, le comité environnement de l’APLSI a mis sur pied, en collaboration avec la Ville de Saint-Raymond et la CAPSA un programme de renaturalisation volontaire des rives. Ce programme s’est déroulé en 2008 et en 2009, on en trouvera plus loin le bilan.

Cette année, grâce à la contribution financière de Environnement Canada, de la Ville de Saint-Raymond et de l’APLSI, une vaste opération visant la renaturalisation des rives de près de 200 propriétés riveraines s’amorce.
Vous trouverez ci-après les détails de l’Opération Belles Rives 2010-2011.

Suite à un mémoire présenté par l’APLSI, les autorités municipales la Ville de Saint-Raymond ont manifesté l’intention d’adopter, en 2012, un règlement qui obligera les propriétaires dont les rives sont dégradées, décapées ou artificialisées à les renaturaliser dans un délai à déterminer. Pour en savoir plus, consultez la section plus loin.

Enfin dans cette section, om trouvera des renseignements concernant certains règlements sur la protection des rives

BILAN
2008-2009

OPÉRATION
BELLES-RIVES 2010-2011

FUTUR RÈGLEMENT
SUR LA RENATURALISATION


RÈGLEMENTS SUR
LA PROTECTION DES RIVES

BILAN DE LA RENATURALISATION VOLONTAIRE EN 2008 ET EN 2009


Grâce aux contributions financières de la municipalité de Saint-Raymond et de l’APLSI, des ressources techniques spécialisés provenant de la CAPSA, de l’information et de la documentation de même que des plants à prix réduits ont été mis à la disposition des résidants désireux de procéder de façon volontaire à la renaturalisation de la bande riveraine de leur propriété.

Ces efforts visaient à sensibiliser les propriétaires riverains au fait qu’une rive dégradée, décapée ou artificielle accélère le processus de vieillissement du lac et de ses affluents à cause du réchauffement de l’eau quelle provoque, de l’érosion qu’elle occasionne et des éléments nutritifs tels le phosphore et l’azote qu’elle laisse accéder au plan d’eau. Ces efforts visaient aussi à inciter les propriétaires riverains à apporter les correctifs appropriés.

En 2008 quatre-vingt-sept (87) propriétaires se sont prévalus des services offerts et près de 5500 plants ont été acquis à des prix réduits. En 2009, les mêmes services ont été mis à la disposition des résidants. Vingt-deux propriétaires (22) s’en sont prévalus et seulement 285 plants ont été distribués

On est donc encore bien loin d’un objectif adéquat de renaturalisation sur la largeur de la bande riveraine nécessitant des interventions, puisque seulement un faible pourcentage de l’objectif de renaturalisation a été atteint. En effet, l’étude de la CAPSA identifiait que55% de la bande riveraine, soit 11 km sur 20.2, présente des rives dégradées, décapées ou artificielles.

Ainsi, près deux ans d’efforts, nous constatons que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes. Plusieurs résidants nous ont signalé qu’ils ne voyaient pas pourquoi ils entreprendraient les travaux nécessaires à la renaturalisation de leur rive sans d’abord être assurés qu’une mesure d’ensemble amène tous les résidants concernés à faire de même. De plus avant d’entreprendre leurs travaux, plusieurs souhaitent être appuyés concrètement et conseillés par des spécialistes du domaine en vue de poser les meilleures actions possible.
L’Opération Belles Rives 2010-2011 arrive donc à point.


AVEC l’OPÉRATION BELLES RIVES, EMBELLISSONS NOTRE BANDE RIVERAINE ET PROTÉGEONS LA SANTÉ DE NOTRE LAC


L’APLSI entreprend à l’été 2010 une vaste opération visant à vous soutenir dans la renaturalisation de nos rives. Grâce à de généreuses subventions de nos partenaires, notre projet vous offrira des conditions très avantageuses au cours des deux prochaines années.

C’est le temps pour nous d’en profiter car la Ville de Saint-Raymond a confirmé son intention d’adopter, en 2012, un règlement obligeant les résidants du Lac Sept-Îles à renaturaliser leurs rives si elles sont dégradées, décapées, ou artificialisées. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la section suivante.

L’Opération Belles Rives, qui se déroulera au cours de cette année et qui se poursuivra l’an prochain, arrive à point car certains de nos partenaires nous ont déjà avisés que leur soutien financier ne sera plus disponible en 2012, lorsque le règlement de la Ville sera adopté.

Description de l’opération

Notre objectif est de renaturaliser les rives de près de 200 propriétés car 55% de la bande riveraine du lac Sept-Îles et du lac des Aulnaies présente des rives décapées, dégradées ou artificialisées. Cette bande riveraine améliorera la santé de notre lac et est efficace pour prévenir les algues bleues. Nous sommes assurés que vous nous aiderez à atteindre cet objectif tout en profitant de l’occasion avantageuse que nous vous offrons d’embellir votre rive.

Grâce à l’appui financier de nos partenaires, nous vous offrons plusieurs services gratuits.

1. Les conseils d’expert pour la confection d’un plan d’aménagement de votre bande riveraine qui tienne compte des aménagements existants et de vos préférences. GRATUIT

2. La prise en charge des démarches auprès de la Ville pour l’approbation de votre plan d’aménagement en vertu de l’actuel règlement sur l’aménagement et la consolidation de la bande riveraine (règ. 430-09) et en fonction du futur règlement obligeant les riverains à renaturaliser leur bande riveraine à partir de 2012.
GRATUIT

3. Des conseils personnalisés pour le choix des plants qui embelliront votre rive, pour la plantation et l’entretien de vos plants. GRATUIT

Nous vous offrons aussi des conditions très avantageuses pour l’acquisition de vos plants. Vous n’aurez à débourser que 50% du prix chargé par le producteur, soit en moyenne 2.25$ par arbuste.

Nous vous fournirons les arbustes, la terre et le paillis. Nous vous montrerons les bonnes techniques de plantation et d’entretien des plants, lors de la livraison des plants prévue au Club nautique.
Les plants suggérés sont de petits arbustes qui n’obstrueront pas votre vue sur le lac et qui embelliront votre propriété. Pour en connaître davantage sur l’allure et les caractéristiques de ces plants, consultez le dépliant et la présentation de la CAPSA

En échange, vous devrez vous engager à renaturaliser votre rive jusqu’à 5 mètres de profondeur (ou 7.5 mètres si la pente est supérieure à 30%) et à utiliser des savons à vaisselle sans phosphate et à ne pas étendre de pesticide ou de fertilisant sur votre pelouse.

Exemple pour un terrain ayant 30 mètres (100 pieds) de façade au lac

À titre d’exemple, si une partie de 8 mètres (25 pieds) de votre bande riveraine n’a pas à être renaturalisée parce qu’elle est dotée de végétation adéquate et suffisante et en excluant la partie réservée à l’accès au lac, la renaturalisation du restant de votre bande riveraine (20 mètres ou environ 65 pieds) nécessitera 100 plants. Il vous en coutera 225$ et la contribution de l’opération s’élèvera à 605$. C’est une aubaine à ne pas manquer.

Nous vous suggérerons un aménagement de la bande riveraine à partir de plants présélectionnés. En moyenne 5 rangées d’arbustes seront plantées en quinconce, pour donner une profondeur de 5 mètres (16 pieds) si le terrain le permet. Chacune des rangées comptera 1 plant à chaque mètre (3 pieds) en moyenne. Ceci résulte dons en 5 rangées de 20 plants pour un total de 100 plants. Les plants seront de format mature de 1 litre.

La procédure à suivre

Il faut d’abord vous inscrire en remplissant le coupon de participation inclus dans le dépliant qui vous sera remis à la réunion d’information du 4 juillet ou lors de la tournée des résidants par les bénévoles. Pour consulter le dépliant, cliquer ici. Vous pouvez aussi vous inscrire en contactant directement la responsable Chantal Leblanc de la CAPSA (tél : 418-337-1398, poste 228 ou par courriel : c.leblanc@capsa-org.com).

Un des experts de la CAPSA prendra rendez-vous pour vous visiter. Il établira avec vous un plan d’aménagement de votre bande riveraine en tenant compte des aménagements existants et de vos préférences. Il vous conseillera sur le choix des plans selon la nature du terrain et il se chargera de faire approuver le plan que vous retiendrez par la Ville de Saint-Raymond qui vous délivrera par la suite un permis.

Il ne vous restera qu’à réserver les plants requis et à procéder à la plantation. Nous planifions pour la fin août 2010 la livraison des plants qui vous seront remis au Club nautique. Nous vous communiquerons ultérieurement les dates de livraison pour 2011.

Calendrier du déroulement

Une réunion d’information sera tenue le dimanche 4 juillet 2010 à compter de 10 h au Club nautique.

Les visites des experts pour l’année 2010 s’effectueront entre le 28 juin et le 17 septembre 2010. Le calendrier 2011 sera disponible ultérieurement.

La livraison des plants se fera SAMEDI 4 SEPTEMBRE 2010-ENTRE 8H 00 ET 14H 00AU CLUB NAUTIQUE, en juin 2011 et à la fin août 2011.
Cet été pensons riverains! Nous ne pouvons pas aménager et entretenir nos terrains comme nous le faisons pour nos terrains en ville. En renaturalisant les rives, nous redonnons au lac ses droits d’organisme vivant : ça le rafraîchit, ça purifie son eau et ça freine l’érosion. C’est aussi protéger votre investissement puisque la présence d’algues bleues peut faire chuter la valeur des propriétés riveraines.


ET N’OUBLIEZ PAS : LES PREMIERS INSCRITS SERONT LES PREMIERS VISITÉS.

Partenaires


L’Opération Belles Rives 2010-2011 est rendue possible grâce :


Au soutien financier de :
· Environnement Canada
· Ville de Saint-Raymond
· APLSI
À l’appui des partenaires suivants :
· CAPSA
Michel Matte député provincial de Portneuf
André Arthur député fédéral de Portneuf Jacques-Cartier
MRC Portneuf
Station forestière de Duchesnay
Caisse populaire de St-Raymond, Ste-Catherine
Chambre de commerce de St-Raymond
Cloutier Sport
Centre de Santé et de Services Sociaux de Portneuf (CSSS)
Société d’aide au développement de la collectivité de Portneuf (SADC)
Table de concertation en environnement de Portneuf



FUTUR RÈGLEMENT MUNICIPAL SUR LA RENATURALISATION DES RIVES


Dans le cadre du lancement de l’Opération Belles Rives 2010-2011, la Ville de Saint-Raymond a confirmé
son intention d'adopter, en 2012, un règlement qui obligera les propriétaires dont les rives sont dégradées, décapées ou artificialisées à les renaturaliser sur une profondeur de 5 mètres (ou 7.5 mètres selon la pente) dans un délai à être déterminé.(voir le communiqué de presse de la Ville) Le règlement ressemblera à celui que plusieurs municipalités du Québec ont déjà adopté.

Pour sa part, l'APLSI souhaite que la renaturalisation des rives, rendue obligatoire par ce règlement, soit complétée d'ici 2015. Elle rappelle aussi que dans la consultation menée en 2009, 78% des résidants se disaient en accord avec un tel règlement.

Cette intention de la Ville fait suite au mémoire (voir mémoire de l’APLSI) qu’a déposé l’APLSI aux autorités municipales en février dernier. Plusieurs villes du Québec ont déjà adopté une réglementation semblable. (voir à ce sujet le tableau comparatif établi par l’APLSI).

Les grandes lignes du règlement que prépare actuellement la Ville de Saint-Raymond

Sans préjuger de la nature exacte du règlement qu’adoptera la Ville, on est en droit de croire que le mémoire déposé par l’APLSI en inspirera fortement la rédaction. Ce mémoire comporte, entre autres, les éléments suivants :

· L’obligation pour le propriétaire riverain dont la rive, ou une partie de celle-ci est dégradée, décapée ou artificielle, de renaturaliser cette rive ou cette partie de rive, dans les 5 ans de l’entrée en vigueur du règlement sur une bande de 5 mètres s’étendant vers l’intérieur, à partir de la ligne des hautes eaux si la pente est de 30% ou moins et de 7.5 mètres si la pente est supérieure à 30% et présente un talus de plus de 5 mètres en hauteur sur toute la longueur de la rive.

· Cette obligation devrait toutefois tenir compte des particularités de chacun des terrains afin de faciliter l’exécution par le propriétaire des travaux nécessaires. L’objectif d’une bande riveraine constituée de végétation naturelle est de créer, parallèlement au plan d’eau, une barrière qui freine l’égouttement des eaux souterraines et de surface vers le lac et de protéger la rive contre l’érosion et l’augmentation de la température de l’eau.

· La section d’un terrain privé ou public constitué d’une plage artificielle de sable fin devrait être renaturalisée à partir de 3 mètres de la limite des hautes eaux sur toute la largeur derrière cette plage. Pour une plage publique ou communautaire, la largeur maximale serait de 15 mètres et la section excédentaire au 15 mètres serait assujettie aux règles de renaturalisation. Enfin, la création de toute nouvelle plage artificielle serait interdite.

· La renaturalisation d’une rive, incluant la présence d’ouvrage de stabilisation comme les murs de béton, les gabions, les perrés etc., devrait se faire par la plantation et/ou l’ensemencement de plantes d’espèces rustiques, résistantes aux maladies et aux insectes, capables de s’auto générer et ayant des propriétés antiérosives, le tout agencé selon les règles de l’art.

· Tout propriétaire riverain dont la rive, ou une partie de celle-ci est dégradée, décapée ou artificielle, devrait préparer un Plan particulier de renaturalisation comprenant un devis et des illustrations et croquis. Ce Plan particulier devrait être soumis à l’approbation de la municipalité. Avant d’entreprendre les travaux prévus, le propriétaire devrait obtenir un certificat d’autorisation de la municipalité.

· Afin d’aider le propriétaire riverain à élaborer son Plan particulier de renaturalisation, l’inspecteur municipal ou toute autre personne désignée à cette fin par la municipalité, avec l’aide des experts dont il peut au besoin requérir les services pourrait assister le propriétaire et convenir avec lui d’un Plan particulier de renaturalisation contenant une description des travaux à faire en vue de la renaturalisation de sa rive.

· À compter de la date d’entrée en vigueur du règlement, tout propriétaire d’un terrain riverain devrait cesser toute intervention de contrôle de la végétation dont la tonte de gazon, le débroussaillage et l’abattage d’arbres, dans la rive sur une profondeur de 5 m.

· Le règlement devrait aussi prévoir des amendes pour les propriétaires qui ne respecteraient pas les dispositions ou l’échéance de la mise en application.

Rappelons que ces éléments majeurs du règlement sur la renaturalisation des rives dégradées, décapées ou artificielles s’inspirent de ceux adoptés par plusieurs municipalités en vue de protéger la bande riveraine des plans d’eau sur leur territoire.



LES RÈGLEMENTS SUR LA PROTECTION DES RIVES


Placer ici ce qui se trouve sur le site WEB;
· Règlement 430-09 sur la protection des rives

©2010 design par Gestion Paraco Inc. ! Mise à jour le 24 août 2010